Jimmy Voyer, candidat du Parti populaire du Canada

Initiative / projet d’information de RueMorin.com – Élections fédérales 2019

Chers électeurs,

C’est toujours un plaisir pour moi d’avoir l’opportunité de m’adresser directement aux gens et c’est pour cette raison que j’ai accepté l’offre qui a été lancée par RueMorin.com. Je pense qu’il serait opportun de profiter de cette tribune pour déboulonner certains mythes qui collent injustement à la peau du Parti populaire du Canada (PPC) et vous offrir un résumé de notre vision sans le filtre des médias.

Commençons par un sujet polarisant et qui revient très souvent chez les détracteurs du PPC; l’avortement. Cette question s’est invitée l’été dernier en pleine campagne pré-électorale alors que l’Alabama passait une loi extrêmement restrictive sur l’avortement. Lors d’une conférence de presse, Maxime Bernier a été littéralement bombardé de questions à ce sujet. Dans les faits, la question de l’avortement ne figure nulle part dans notre plateforme et nous n’avons pas d’agenda caché. Cependant, notre chef ne va jamais s’opposer à ce qu’un député élu dépose un projet de nature privé sur une sujet polarisant comme l’avortement. Cette position est également partagée par le Parti conservateur et le Parti vert. Ceci-dit, Maxime Bernier a toujours voté contre les motions et les projets de lois visant à restreindre le droit des femmes à avoir accès à l’avortement.

Nos adversaires aiment bien qualifier le Parti populaire de formation d’extrême-droite. Évidemment, c’est ridicule. Nous sommes essentiellement un parti de droite économique. C’est-à-dire que nous croyons en un gouvernement plus petit, mais plus efficace. Si l’on devait choisir une étiquette pour qualifier le PPC, je pense que le « libéralisme classique » serait assez juste. Toutes nos propositions sont fondées sur la liberté, la responsabilité, l’équité et le respect. Nous croyons que la très vaste majorité des gens n’ont pas besoin que le gouvernement leur tienne la main et prenne des décisions à leur place. Nous avons confiance aux gens et ceci se reflète dans nos politiques. Ceci-dit, nous reconnaissons qu’il y a des gens vulnérables et que nous avons le devoir collectif de leur venir en aide convenablement.

Le mot « populisme » a généralement une connotation négative dans notre société et ce n’est pas justifié dans le cas qui nous concerne. Le populisme c’est avant tout le rejet de l’élitisme. Le fait que nous voulons redonner des pouvoirs subtilisés aux individus avec le temps par nos élites et que nous ne faisons pas dans le « politiquement correct » témoigne de notre détermination à remettre les gens ordinaires au centre de nos propositions politiques. Nous convenons qu’il y a des formes de populisme à la sauce socialiste qui ne conviennent pas. Ce que nous proposons est un populisme intelligent basé sur les quatre principes de liberté, responsabilité, équité et respect.

L’immigration est un autre sujet pour lequel nous sommes souvent attaqué. Présentement, le Canada accepte approximativement 340 000 immigrants par année. Il s’agit d’une augmentation significative par rapport aux 250 000 par année que nous avons accueilli sous le gouvernement précédent. On nous dit que cette augmentation est nécessaire pour pallier au manque criant de main d’œuvre. Le problème, c’est que seulement 26% des 340 000 immigrants reçus sont des immigrants économiques avec des qualifications pour lesquels nous avons réellement besoins. Notre plan consiste donc à réduire le nombre d’admissions dans une fourchette ce situant entre 100 000 à 150 000 immigrants et d’augmenter la proportion d’immigrants économiques à 50% afin que nous puissions mieux combler le manque de main d’œuvre. De plus, nous trouvons complètement injuste que des individus traverse la frontière canadienne de façon illégale. Nous avons signé l’entente sur les pays tiers au sujet des réfugiés qui dit qu’un réfugié doit faire sa demande dès son arrivé dans un pays sécuritaire. Ainsi, les personnes qui traversent le chemin Roxham illégalement devraient déposer leur demande aux États-Unis où leur vie n’est pas en danger et c’est pour cette raison que le Parti populaire va déclarer la frontière au complet comme point d’entré officiel afin de régler ce problème irritant pour tous, incluant les immigrants qui font des demandes légalement.

Le dernier sujet que j’aimerais aborder est celui de l’environnement versus le développement économique. Il est vrai que le Parti populaire n’a pas le même éventail de propositions vertes que les autres organisations politiques et la raison est bien simple; nous ne sommes pas des hypocrites. Le bilan des 4 dernières années du gouvernement Trudeau est ridicule. Malgré la signature de l’Accord de Paris, les émissions de GES stagnent en dépit d’une nouvelle taxe et le gouvernement a même procédé à l’achat d’un pipeline de 4,5 milliards de dollars. Du coté conservateur, on nous a servi un beau document de 66 pages remplis de belles images de la nature et de fausses promesses. Bien sûr, tout le monde prêche pour la vertu écologique. Le défi c’est de protéger notre environnement sans plomber notre compétitivité et notre économie en même temps. Au Parti populaire, nous rejetons le concept d’urgence climatique tout comme des dizaines de spécialistes du climat. Nous reconnaissons qu’il y a des changements climatiques causés par l’activité humaine, mais nous croyons que ses défis seront relevés par l’utilisation de nouvelles technologies dans le futur. Ces innovations vont provenir essentiellement du secteur privé qui tente à tous les jours de répondre aux préoccupations écologiques de la très vaste majorité des gens. L’histoire nous montre à quel point les humains ont été en mesure d’innover et de maîtriser leur environnement sans avoir toujours recourt à l’intervention des gouvernements. Notre priorité en tant que gouvernement serait de mettre les ressources nécessaires pour mieux faire respecter les normes au niveau de la protection de l’air, des sols et de l’eau. Quant à la question des émissions de GES, ce sont les provinces qui sont les mieux placées pour déterminer leurs propres objectifs de réduction.

En terminant, je pourrais vous faire une longue énumération de nos propositions au niveau de la fiscalité des particuliers et des entreprises, mais je risquerais de vous ennuyer. Je vais me contenter de dire que nous privilégions une approche simple et éprouvée qui consiste à réduire les taxes et les impôts de façon importantes pour tous. Notre objectif de réduction est très ambitieux et se chiffre à 35 milliards de dollars. Les gouvernements successifs sont allés beaucoup trop loin au niveau de la taxation et un nombre trop important de familles peinent à boucler les fins de mois. Nous allons redonner de l’oxygène surtout aux gens qui ont des revenus plus modestes et fournir des incitatifs accrus au travail.

Un gros merci à l’équipe de RueMorin.com de nous offrir cette tribune. Je vous invite à consulter notre plateforme électorale à l’adresse suivante : www.partipopulaireducanada.ca

Jimmy Voyer
Candidat du Parti populaire dans Chicoutimi-Le Fjord


Merci de supporter RueMorin.com en aimant notre page facebook: www.facebook.com/RueMorinpointcom/

2 Commentaires

  • Ping : LE DÉVOILEMENT – Initiative / projet d’information de RueMorin.com | RueMorin.Com

  • J’aimerais bien que M. Voyer nous explique en quoi favoriser le privé et couper dans les services publics peut « redonner des pouvoirs subtilisés aux individus avec le temps par nos élites » et « témoigne de notre détermination à remettre les gens ordinaires au centre de [ses] propositions politiques » ? Et j’aurai bien aimé, moi, qu’il énumère les propositions de son parti quant à la fiscalité des particuliers et des entreprises, pour que l’on puisse déceler qui y gagnerait réellement.

Laisser un commentaire