Richard Martel, candidat du Parti conservateur

Initiative / projet d’information de RueMorin.com – Élections fédérales 2019

Voilà maintenant plus d’un an que j’ai le plaisir de servir les citoyens de Chicoutimi—Le Fjord. Je me suis lancé en politique avec un seul désir : vous servir et redonner aux gens. C’est ce que j’ai fait dans la dernière année en réglant près de 70 cas de comté et en étant présent à des dizaines d’événements qui sont importants pour vous.

Avant mon élection partielle, j’ai été profondément touché par ceux qui ont eu recours à l’assurance-emploi pour cause de maladie. Dans ces cas-là, le système ne couvre que 15 semaines, ce qui n’est pas suffisant. Je me suis levé en chambre pour l’affirmer et je continue à en parler au sein de notre caucus. Le travail doit continuer.

Tout prend un sens à chaque commettant que je rencontre et qui partage avec moi une tranche de leur vie.

Pour les prochains quatre ans, je désire amener Saguenay plus loin. La croissance du centre-ville de Chicoutimi passe par la réalisation des projets de développement économique qui vont de pair avec l’environnement, comme GNL Québec. Les projets sont essentiels pour renverser la courbe démographique de la région et attirer davantage de personnes ainsi que pour retenir celles qui pourraient en sortir. C’est cette population, jeune et croissante, qui nous permettra de faire fleurir nos commerces et de rendre la région prospère.

C’est mon cheval de bataille principal pour cette campagne.

Nous avons toutes les infrastructures ici pour être la porte du Nord québécois. Il ne faut pas qu’un projet comme QcRail divise le Saguenay et le Lac-Saint-Jean, alors que nous travaillons ensemble, d’un même consensus, depuis le Sommet économique régional de 2015.

La région doit prospérer et se doter d’un amphithéâtre, digne du 21e siècle, et d’un aéroport avec tous les services qu’une grande ville peut espérer.

Le Parti conservateur va lutter contre les changements climatiques globalement, ici au Saguenay—Lac St-Jean, nous sommes des leaders qui peuvent contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre, non seulement au Canada mais surtout en dehors de nos frontières; c’est-à-dire là, où sont émis 98,4 % des émissions globales.

Un autre pilier de notre région est, sans contredit, l’apport de l’industrie agricole et forestière à la santé économique de notre région. Mes positions sont claires dans ces enjeux. Dans le cas de l’industrie forestière, la protection du caribou forestier ne doit pas se faire au détriment des emplois de la région. Concernant l’industrie agricole, il y a un gros manque de leadership à cet égard. Premièrement, nos relations internationales sont si mauvaises que nos produits peinent à quitter nos frontières. Deuxièmement, le Parti conservateur s’est engagé à dédommager, sur le champ, l’industrie laitière, qui a beaucoup perdu dans les négociations commerciales. Finalement, le nouveau guide alimentaire canadien devrait être révisé et inclure une portion de produits laitiers, ainsi que mettre plus en valeur les produits de chez nous.

De plus, en tant que ministre associé à la défense du cabinet fantôme, je ne peux que favoriser la croissance de la base militaire de Bagotville. Nous sommes à la croisée des chemins. La base militaire représente le troisième plus grand employeur de la région. Elle est essentielle à la prospérité de notre secteur de services. Alors qu’on s’apprête à choisir la prochaine génération d’avions de combat, il faut garder à l’esprit que celle-ci sera probablement la dernière qui sera habitée par un être humain. En effet, ma vision en est une à long terme. Après ces derniers avions, il faut se tourner vers les drones. Bagotville doit être le lieu choisi par le gouvernement du Canada pour accueillir les drones militaires. Le lieu géographique est idéal pour remplir nos obligations du NORAD. Aussi, on pourra compter sur le Centre d’excellence sur les drones civils, pour éventuellement développer une synergie, ainsi que sur l’UQAC.

Le Parti conservateur sait gérer un budget. Ça suffit de payer notre épicerie avec notre carte de crédit ! Nous le ferons de façon responsable, en 5 ans, afin de ne pas toucher aux allocations canadiennes pour enfants, ce qui est une mesure conservatrice, soit dit en passant. Nous veillerons à respecter nos ententes en matière de transfert de santé et à ne pas couper dans les services.

Nous devons conserver nos acquis, y compris les emplois dans la fonction publique canadienne, employeur et contributeur majeur à notre développement économique.

La déclaration d’impôt unique ne vise qu’à simplifier la vie des Québécois et réduire la paperasse des entreprises. Nous sommes un parti décentralisateur, qui provient beaucoup de la ruralité et des régions. Ce n’est pas sur le dos des régions que nous allons économiser.

Ce sont les orientations que je veux prendre pour Chicoutimi—Le Fjord. Avec moi, vous aurez toujours l’heure juste. Je suis un candidat authentique, honnête et intègre, prêt à vous servir pour les quatre prochaines années, et ce, avec honneur et enthousiasme.

Richard Martel,
Candidat du Parti conservateur dans Chicoutimi-Le-Fjord


Merci de supporter RueMorin.com en aimant notre page facebook: www.facebook.com/RueMorinpointcom/

Un commentaire

  • Aïe aïe aïe… l’environnement, la qualité de l’air, l’intérêt de vivre dans un milieu proche de la nature, la protection de la faune, le développement d’énergies (réellement) propres et surtout renouvenables et surtout, puisque l’économie semble si importante pour M. Martel, la préservation des emplois existants en tourisme et loisir, on peut oublier tout ça avec ce programme.

Laisser un commentaire