Combien nous coûterait un emploi chez GNL-Québec?

Lettre de Claude Côté, conseiller syndical et citoyen de Saguenay

Depuis quelques semaines, le débat sur le projet industriel de GNL-Québec tend à se polariser. Une bataille de chiffres fait rage sur qui a le plus d’adhérents dans son groupe Facebook, laissant croire que les efforts de GNL-Québec, des chambres de commerce ou du « mouvement » Je crois en ma région porte fruit en termes d’acceptabilité sociale. Même la ville de Saguenay via son organe économique finance une agence de relation publique pour pousser le projet de l’avant.

Le développement économique et la création d’emploi sont au cœur de l’appui de ces acteurs puisque le projet d’usine de liquéfaction Énergie-Saguenay de GNL-Québec fait miroiter le retour à la prospérité d’antan de notre région. Mais comme citoyen, nous nous questionnons sur le coût réel de ce projet.

Selon GNL-Québec, leur usine créerait 1100 emplois directs et indirects, dont 250 à 300, au complexe lors de la période d’opération. Plusieurs intervenants suggèrent que ce sont de bons emplois bien rémunérés qui permettraient même aux jeunes familles de revenir s’établir dans la région. Selon une étude commandée à la firme Groupe Performance Stratégique (GPS) par la Société des fabricants régionaux (SFR) et la Société d’aide au développement des collectivités du Haut-Saguenay (SADC-HS) le salaire moyen pour les 250 à 300 emplois d’Énergie-Saguenay serait d’environ 81 000$ par année. Difficile de dire qu’il ne s’agit pas d’emplois bien rémunérés alors que le salaire moyen dans la région est de 42 259 $ par année. Cependant, la question demeure entière.

Collectivement, combien nous coûteraient créer ces emplois?

Nos deniers publics au service de GNL-Québec

Pour liquéfier le gaz transporté par gazoduc depuis l’Alberta, l’usine Énergie-Saguenay consommerait 5 milliards de kWh par année. Selon la grille tarifaire d’Hydro-Québec, GNL-Québec payerait son électricité au tarif des clients industriels, le fameux tarif « L ».
La vente d’électricité au tarif « L » à GNL-Québec, nous priverait de 295 M$ dollars par année pour la durée de l’entente de 25 ans entre la société d’État et l’entreprise. Ces 5 milliards de kWh ne seraient ainsi pas distribués sur le réseau domestique faisant perdre des revenus importants à Hydro-Québec. En prenant le coût de production de 9,2 cents le kWh du dernier projet de notre société d’État, le complexe La Romaine, nous dépenserions 460 M$ par année. Le tarif « L » étant à 3,3 cents le kWh, nous ne récupèrerions que 165 M$ par année. En agissant de la sorte, nous perdrions 295 M$ par année et cela reviendrait à subventionner indirectement la création de ces emplois puisque cet argent n’irait jamais dans les coffres de l’État.

En plus du tarif « L », il y aurait l’utilisation du Programme de rabais d’électricité applicable aux consommateurs facturés au tarif L du ministère des Finances. Ce programme permettrait un rabais pour GNL-Québec de 20% par année pendant 6 ans. L’économie pour l’entreprise serait de 43 M$ par année pour ce programme.
Ainsi, pour créer un emploi à 81 000 $ par année, nous devrions débourser 1 126 666$ d’argent public par année durant les 6 premières années et 983 333$ pour les années subséquentes. Les investissements en infrastructures et les rabais consentis à cette entreprise nous coûteraient excessivement cher. Ce n’est pas GNL-Québec qui créerait de l’emploi, mais plutôt nous collectivement qui subventionnerait ces emplois. Sans même parler du coût environnemental, comment pouvons-nous justifier de dépenser 1 million de dollars par année pour créer un emploi à 81 000$? Créer des emplois oui, mais pas à n’importe quel prix !

Clément Dallaire-Maltais, Chômeur, Chicoutimi
Hubert B. Boudreault, travailleur social, Chicoutimi
Corinne Boutterin, écrivaine, Chicoutimi
William Champigny-Fortier, étudiant et chercheur, Victoriaville
Christina Berkely, enseignante retraitée, Chambord
Rachel Laurendeau, architecte paysagiste, Montréal
Marieve Ruel, agente administrative, Arvida
Mathieu Ménard Larouche, recherchiste, Alma
Louis Bélanger, travailleur autonome, Chicoutimi
Sophie Del Fa, professeur d’université, Chicoutimi
Dominic Maltais, agriculteur, Saguenay
Jean-René Ouellet, entraineur, Québec
Julia Carrier, étudiante, Sainte-Anne-de-Bellevue
Amy Lavoie, Chicoutimi
Pierrick Bouchard, travailleur et payeur de taxe, Chicoutimi
Philippe Dufresne, étudiant, Chicoutimi
Hugo Maheu, étudiant, Chicoutimi
Pascale Dallaire, étudiante, Québec
Gilles Gamache, menuisier, Montréal
Karine Côté, commis de bureau, Saguenay
Érick Tremblay Dionne, étudiant, Saguenay
Phillipe Jomphe, Jonquière
Marcel Lapointe, ingénieur à la retraite, Sherbrooke
Jonathan Girard, travailleur, Chicoutimi
Nathan Hurteau, étudiant, Saint-Jean-sur-Richelieu
Mélanie Bérubé, agente administrative, Québec
Marilyne Tremblay, adjointe administrative, Jonquière
Katy Lalancette, travailleuse sociale, Hébertville
Andrée-Anne Brillant, travailleuse sociale, Chicoutimi
Adrien Belkin, maraicher, Saint-Fulgence
Marie-Anne Doucet, éducatrice spécialisée, Chicoutimi
Marilou Laprise, enseignante et mère de 4 enfants, Alma
Mariane Tremblay, gestionnaire, Larouche
Camille Brisson, médiatrice, Shipshaw
Francis Painchaud, agent de gestion de personnel, Sherbrooke
Marielle Huard, couturière, L’Anse-Saint-Jean
Stéphanie Desrosiers, Administration usine agroalimentaire, St-Honoré-de-Chicoutimi
Pierre-Luc Harvey, ingénieur, Saguenay
Isabelle Tremblay, responsable d’une brûlerie, Saguenay
Alexandre Gendron, ingénieur forestier, Sacré-Cœur
Gabriel Paré, étudiant universitaire, Chicoutimi
Fanny Lapointe, serveuse, Saint-Fulgence
Tessa Bernier, éducatrice spécialisée et mère, Rouyn-Noranda
Jacques Mcbrearty, consultant, Saguenay
Marc-André Fortier, retraité, Sainte-Agathe-de-Lotbinière
Maude LeBlanc, chargée de projet, Saguenay
Napesh Lapointe, agriculteur, Saint-Fulgence
Geneviève Arsenault, massothérapeute, Jonquière
Bernard St-Gelais, retraité, Québec
Martial Larouche, retraité, Alma
Keven Aubut Belley, responsable de service de garde, Saguenay
Janik Laberge, Coordonnatrice système qualité, Saint-Georges
Daphnée Gagnon-Beaulé, étudiante, Lévis
Marc-André Deschênes, technicien aux travaux publics, Saguenay
Rachelle Simard, retraitée, Saint-Rose-du-Nord
Clermont Lavoie, contremaître construction, L’Anse-Saint-Jean
Nicolas Gaudreault, fonctionnaire fédéral, Québec anciennement de Jonquière
Gilles Morin, enseignant, Montréal
Pascale Bergeron, Chargée de cours en psychosociologie et doctorante en éducation, UQAR, Rimouski
Camille-Amélie Koziej Lévesque, étudiante, Saint-Honoré-de-Chicoutimi
Luc Normandin, illustrateur, Saint-Jean-sur-Richelieu
Mathieu Harnois-Blouin, travailleur autonome, Notre-Dame-des-Prairies
Réjean Pleau, retraité, ancien conseiller en planification de gros projets, Gatineau
Xavier Derosby, étudiant, Saint-Jean-sur-Richelieu,
JF Robert, citoyen du Saguenay-Lac-Saint-Jean, producteur agricole, Saint-Félicien
Simon Boulay, matelot, Rimouski
Serge Potvin, technicien, Saguenay
Jimmy Meunier, caisser SAQ, Saint-Prime
Annick Corbeil, coordonnatrice, Saint-Jude
Nicholas Lavoie, technicien paramédic, Alma
Déborah Girard Iduma, étudiante, Montréal
Pierrot Côté, Aviseur technique, mécanique automobile, Chicoutimi
Jessica Perron, vendeuse, Shipshaw
Jean-Philippe Maltais, Président et fondateur, consultant en marketing et publicité, Chicoutimi
William Beaulieu, étudiant, Québec
Jessica Gagnon, mère au foyer, Jonquière
Maude Limoges, entrepreneure, Sainte-Rose-du-Nord
Mathieu Gauthier, étudiant, Québec
Roxanne Arcand, étudiante, Acton Vale
Philippe Benoit, producteur maraîcher, Saint-Nazaire-d’Acton
Johane Hébert, fonctionnaire, Montréal
Charles-Antoine Bergeron, étudiant, Montréal
Geneviève Pagé, professeur UQAM, Montréal
Samuel Taillon, professionnel UQAC, Chicoutimi-Nord
Eric Potvin, agent de développement culturel, Montréal
David Lapointe, conseiller en recouvrement, La Baie
Émile Duchesne, étudiant au doctorat en anthropologie, Montréal
Charles Verville, étudiant et employé fonction publique, Victoriaville
Didier Bonaventure, Sainte-Brigitte-de-Laval
Jean-Alexandre Bourdages, Chargé de projet, Saguenay
Madeleine Bouchard Martel, biologiste, Saguenay
Frederik Smith. Cuisinier, Rimouski
François-Pierre Saint-Gelais, étudiant, La Baie
Mathieu Lapointe, Représentant des ventes et instigateur du groupe  »Contre GNL Québec à Saguenay », Alma
Maxime Simard, audiologiste, Saguenay

Un commentaire

Laisser un commentaire